Sécuriser les résidents promeneurs en établissement

14 Sep 2021

L’importance de la promenade

Après 70 ans, la capacité respiratoire et le rythme cardiovasculaire diminuent. La stimulation des muscles s’atténue et avec elle, la capacité à se déplacer. Ceci a des impacts sur l’autonomie de la personne âgée, qui a tendance à se sédentariser, comme on a pu le constater pendant les différents confinements. Des activités physiques régulières sont alors recommandées pour éviter une dégradation trop rapide de la santé mentale et physique.

L’activité la plus commune, grâce à sa facilité de mise en œuvre, est la marche à pied. Elle permet à la personne âgée de maintenir sa forme physique tout en limitant les risques de pathologies liées à la sédentarité (obésité, maladies cardiovasculaires, dépression…).

Se pose alors la question de la sécurisation des seniors lors de leur promenade.

 

Comment sécuriser les seniors lors de promenades, tout en minimisant l’impact sur leur liberté ?

La liberté d’aller et venir est un droit qui permet de circuler librement à l’intérieur et comme à l’extérieur d’un bâtiment. 

Les personnes âgées résidant en EHPAD ou en résidences séniors sont, comme citoyens, libres de tout mouvement. Cependant, la problématique de l’égarement lors des sorties est très présente dans les établissements. Les responsables d’établissement pour personnes âgées sont responsables d’assurer cette sécurité tout en limitant l’impact sur la diminution des libertés du résident.

Dès lors, la problématique de tout directeur d’EHPAD, ainsi que de son personnel, devient : comment assurer un niveau de sécurité de nature à exclure tout risque lors de promenades sans entraver d’aucune manière la liberté de choix et de mouvement des résidents ?

La technologie peut permettre un équilibre entre liberté et sécurité

La solution à cette problématique est sans doute dans le compromis : « concilier une indispensable sécurité avec une nécessaire liberté ». Un maximum de liberté, un minimum de contraintes.

Le recours à un dispositif de géolocalisation est une restriction à la libre circulation tolérée en établissement dans la mesure où le consentement du résident est obtenu, et une charte éthique d’utilisation existe. Pour les personnes en pertes de repère, pathologies Alzheimer ou apparentées, voir notre article sur le Panorama des solutions GPS pour retrouver une personne désorientée (Alzheimer).

Téléphones portables GPS, balises, badges, montres

En effet, il existe plusieurs moyens de géolocaliser une personne lors de sa promenade. Différents de ceux destinés aux personnes désorientées, ces appareils sont souvent précis sur les positions GPS, peu invasifs et portés de façon volontaire par les résidents.

Les dispositifs n’ont pas besoin d’une grande autonomie de batterie, l’important étant que le résident soit sécurisé tout le long de sa promenade. Le dispositif peut ensuite être rechargé pour la promenade suivante.

De plus, le plus souvent, il est possible de communiquer directement avec le résident via un système de micro/haut-parleur intégré.

La variété des solutions existantes permet aujourd’hui de proposer des solutions adaptées à chaque résident et chaque établissement pour rassurer le résident mais aussi le personnel de l’établissement et les familles.

Voir la gamme de solutions Co-assist.

Sources :

ouihelp.fr/accompagnement-personnes-agees/promenades-et-loisirs

sham.fr/blog/prevention-des-risques/liberte-et-securite-des-residents-en-ehpad-concilier-linconciliable

espace-ethique.org/sites/default/files/Guide%20re%CC%81flexion%20liberte%CC%81%20EHPAD%20A4%20der.pdf

ffamco-ehpad.org/docs/2014/print-ehpad-nice-2014/respect-droits-residents.pdf?b8b299c48386e82c6510727bb30d1681=dcea8997b34b3bce6b5ab39fbaeac959

has-sante.fr/jcms/c_272394/fr/liberte-d-aller-et-venir-dans-les-etablissements-sanitaires-et-medico-sociaux-et-obligation-de-soins-et-de-securite