La déambulation : un symptôme anxiogène de la maladie d’Alzheimer

6 Mai 2015

La maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est la deuxième maladie qui fait le plus peur aux français selon un sondage IPSOS paru en janvier 2015. Et pour cause, selon France Alzheimer, en 2013, près de 850 000 personnes souffraient en France de cette maladie ou d’une maladie apparentée. Plus effrayant encore, ce chiffre devrait croitre de 50% d’ici à 2020 pour atteindre plus de 1,2 millions de personnes c’est-à-dire 2% de la population française et près de 10% des plus de 65 ans.

Mais qu’est ce que la maladie d’Alzheimer et quels en sont les symptômes ?

La maladie d’Alzheimer est la forme la plus courante de démence, elle en représente 50% à 80% des cas. Elle est caractérisée par un déclin progressif continue, pouvant s’étaler sur 10 ans, des capacités cognitives. Aujourd’hui des traitements peuvent ralentir la propagation des symptômes de démence mais pas la soigner.

Les symptômes de la maladie d’Alzheimer

Dans la maladie d’Alzheimer, les lésions (dégénérescence neurofibrillaire) commencent dans la partie du cerveau en charge de la mémoire et de l’apprentissage (hippocampe). Ainsi, les premiers symptômes de la maladie d’Alzheimer sont fréquemment les trous de mémoire, ou l’oubli de l’endroit où se trouvent des objets usuels. Puis, les fonctions d’apprentissage sont touchées avec l’oubli d’événements récents (émission, personne rencontrée, lecture…). À ce stade, les troubles du langage commencent aussi à apparaitre, ils sont marqués par la difficulté pour la personne de trouver le bon mot.

Puis, la dégénérescence se développe dans des zones qui sont responsables de la reconnaissance des visages, de celles responsables des gestes de la personne et des comportements sociaux. La dégénérescence entraine l’atrophie du cerveau. Lorsque les troubles cognitifs sont très sévères, la personne malade n’est plus capable d’interagir avec son entourage, d’avoir une conversation, ou de contrôler ses gestes.

 

La déambulation comme symptôme

Un des autres symptômes de la maladie d’Alzheimer qui peut être très anxiogène pour les aidants est la déambulation ou errance. Ce phénomène est causé par deux types de troubles : ceux de la reconnaissance (on parle d’agnosie) et ceux de la mémoire.

L’agnosie a un rôle double dans la déambulation. D’une part, elle est responsable de l’incapacité de la personne malade à reconnaitre son environnement. Ne reconnaissant plus où elle se trouve, elle se perd. D’autre part, l’agnosie est la source d’angoisses pour le malade qui le conduisent à fuguer.

Les troubles de la mémoire interviennent en fonction de l’avancement de la maladie. D’abord la personne malade est incapable de se souvenir de sa propre adresse. Ensuite, elle va jusqu’à oublier qu’elle est perdue.

Au total, la déambulation peut se traduire par plusieurs heures de marche ou une hypothermie si la personne passe trop de temps à l’extérieur. Pour l’association France Alzheimer « Si on ne retrouve pas [les personnes perdues] dans les 24 ou 48 heures, l’issue est fatale une fois sur deux ».

Pour résumer, la maladie d’Alzheimer entraine des troubles de la mémoire et de la reconnaissance qui conduisent la personne malade à déambuler. Afin de sécuriser la personne malade d’une part et de rassurer les aidants d’autre part, il parait nécessaire de développer des technologies qui prennent en compte les spécificités des malades d’Alzheimer et détectent automatiquement les situations de déambulation pour prévenir les aidants. Découvrez la solution Co-assist pour les personnes désorientées.

Source : France Alzheimer ; INSEE ; LECMA Vaincre Alzheimer ; Alz.org ; figaro.fr